(EN)JEUX CLIMATIQUES A MADAGASCAR

Par Marie-Clarisse Chanoine Dusingize

Le lancement des activités financées par le Programme d’adaptation de l’agriculture paysanne (ASAP en anglais) a eu lieu le 14 et 15 mars 2017 à Morondava, à Madagascar. Ce don s'insère dans la phase II du Projet d’Appui au Développement de Menabe et Melaky (AD2M II). L'atelier organisé fut une opportunité pour l'équipe de projet et ses collaborateurs clés (les ONG de terrain et les partenaires nationaux et régionaux) d’apprendre les uns des autres et d’échanger sur le thème de l’adaptation aux changements climatiques dans le secteur agricole.

L'atelier a débuté par l'organisation d'un jeu de rôle. Cette animation ludique a été menée par l'équipe FIDA pour sensibiliser les participants à l’ampleur des impacts du changement climatique sur la sécurité alimentaire et sur le développement agricole et rural à  Madagascar. Les participants ont donc pu incarner les rôles de responsables institutionnels et d'acteurs locaux en charge de la planification rurale sur une période de 5 ans. Grâce à cette simulation, ils ont ainsi dû décider d’investir soit dans les opérations courantes soit dans l’adoption de mesures innovantes afin de se prémunir contre les effets dévastateurs liés aux changements climatiques tels que les sècheresses et les inondations. Les participants ont pu expérimenter la prise de risque inhérente au statu quo – risque de famine en cas de sécheresse - et les coûts liés à l’adoption de mesures d’adaptation et d’atténuation aux changements climatiques - adoption de techniques et technologies innovantes et plus coûteux. Ce divertissement a suscité des discussions riches sur les enjeux inhérents au développement agricole et rural et les mesures d’adaptation locales.

L’atelier s’est poursuivi par des présentations courtes sur l’état environnemental et les changements climatiques à Madagascar, et plus particulièrement dans les régions du projet, Menabe et Melaky. Les intervenants ont mis en exergue les déterminants et les contraintes qui exacerbent la vulnérabilité des populations rurales causée par la dégradation environnementale et les changements climatiques. Ils ont ensuite émis des suggestions quant à la bonne mise en œuvre du projet. Pour garantir le succès du projet les participants ont recommandé, sur base de leurs expériences de terrain,, d’accentuer la mise en pratique des approches participatives, le partage et la mutualisation de la prise de risque inhérente à l’adoption d’innovation (partage des coûts), la vulgarisation et la diversification des semences améliorées, la promotion de la production intégrée (végétale, animale et la pêche) et le renforcement des capacités locales et des réseaux d’échanges des savoirs et des expériences.

Comments